OUVRIR LES YEUX

« En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu, et on persécute ceux qui sonnent le tocsin. » Chamfort

lundi 2 mars 2015

La liste Ump conduite par Marc Jaume et Armande Patron n'aurait pas le soutien de l'UDI

 Sur les réseaux sociaux , un facebook " réactif " départementales 2015 dans le Vaucluse "donne des informations  sur ces élections.

 Par exemple.....Mais qu'en est il exactement?


"""Départementales Vaucluse : les candidats Armande Patron et Marc Jaume (UMP) sur le canton de Carpentras n'ont pas reçu ni l'investiture, ni le soutien de l'UDI.
L'imbroglio a commencé dès décembre 2014 selon nos informations.
Alors que le comité UMP de Vaucluse avait nommé les titulaires pour chaque canton (et les places libres pour son partenaire UDI), Marc Jaume et Armande Patron souhaitaient, comme sur les autres cantons obtenir une place pour l'UDI.
Seulement... les suppléants étaient choisis dès fin décembre. Et point d'UDI n'était présent. Toujours selon nos informations Armande Patron a essayé d'adhérer à l'UDI... afin donc, d'obtenir le logo et le soutien du Parti de Jean-Christophe Lagarde.
L'imbroglio s'est clos par une fin de non recevoir de l'UDI 84 et de la Commission Nationale d'Investiture (CNI).
D'où l'absence du soutien UDI... sur le canton de Carpentras à l'UMP."""

mercredi 25 février 2015

Les candidats socialistes Vauclusiens ont honte de leur parti..ils enlèvent le logo socialiste de leurs affiches electorales

""En quatorze ans de pouvoir départemental, les socialistes ont réussi l’exploit de hisser le Vaucluse au 7e rang des plus pauvres départements de ce pays de France.
L’on me pardonnera de parler une nouvelle fois de ce département de Vaucluse. Mais c’est ma façon à moi, modeste, d’écrire mes Provinciales. Et puis, le Vaucluse est un concentré de France : la beauté de ses paysages et de ses monuments, la richesse de son histoire mais aussi les maux qui le frappent : chômage, délinquance, communautarisme, départ des jeunes diplômés… Figurez-vous qu’en quatorze ans de pouvoir départemental, les socialistes ont même réussi l’exploit de hisser le Vaucluse au 7e rang des plus pauvres départements de ce pays de France, si cher à mon enfance !
Les socialistes, justement, parlons-en. On se souvient que les états généraux du Parti socialiste, qui se sont tenus à la fin de l’année 2014 sous la houlette de Cambadélis, devaient redéfinir l’identité socialiste pour le XXIe siècle : rien que cela ! Cet objectif a-t-il été atteint ? On peut en douter. En effet, il semblerait que ce trouble de l’identité soit loin d’être réglé, si j’en crois l’étiquette sous laquelle se présentent aux élections départementales les socialistes dans le Vaucluse, comme dans sans doute beaucoup de départements où ils détiennent la majorité : « Majorité départementale ». Aucun logo PS. La rose disparaît des boutonnières, un peu comme pour ces vieux messieurs d’autrefois, distingués mais honteux, qui enlevaient leur rosette de la Légion d’honneur avant d’aller tromper leur femme dans ces maisons discrètes dont la façade arborait une belle lanterne rouge. On dit même que le maire PS de Carpentras n’aurait pas demandé l’investiture solférinesque. C’est vrai qu’« investiture » et « veste » ont la même racine étymologique.
Les socialistes, donc, se présentent sous cette très respectable étiquette « Majorité départementale » qui pose son sortant en notable repu de prébendes, carré dans son fauteuil, content de lui, alors que la seule chose de notable, il faut bien le reconnaître, se résume au bilan plus que très médiocre de cette dite majorité. Avec cela, on devrait bien pouvoir récupérer quelques voix nostalgiques des années Giscard ou Mitterrand – c’est du reste à cette époque que certains ont commencé leur carrière cantonale – lorsqu’il était bon de se recommander d’une majorité présidentielle. Encore un peu et l’on aura le fameux « Sans étiquette » : autant dire sans papiers d’identité. Ils imaginent peut-être ainsi tromper les électeurs et se faire régulariser pour six ans de plus. À se demander, du reste, si en retour ils demanderont à leur clientèle favorite leurs papiers le jour du vote. Le nombre d’irrégularités constatées lors des municipales de 2014 en certaine municipalité socialiste du Comtat nous laisse en effet imaginer un possible Schengen cantonal…
On sait le don des socialistes pour ne pas nommer les choses : « incivilités » pour « délinquance », « Daech » pour « État islamique », « terroristes » pour « islamistes »… Et maintenant « Majorité départementale » pour « socialistes ». On atteint là des sommets de sémantique, la sémantique du Concombre masqué !
Nous avions les parties honteuses. Nous avons désormais le parti honteux. Parité oblige, peut-être.

dimanche 22 février 2015

CARPENTRAS..1er ecole privée musulmane dans le Vaucluse pour semer des graines, mais quelles graines?

 D’où proviendront les fonds pour payer l'acquisition autour de 400 000€, les travaux, la  mise en conformité, les salaires etc....? Le Financement viendra t'il de l'Etranger?
On peut s'étonner du nombre d'heures dédié à l'enseignement de l'arabe..Six à sept heures par semaine.... Quels enseignants? .Les petites filles seront elles voilées? 
Ou est l'esprit de la République Française? 

 Peu d'élus ou de candidats en parle comme si maintenant c'était la normalité, comme s'il ne fallait pas faire de vague!

Les Carpentrassiens doivent y penser lors de l’Élection départementale .
 Francis Adolphe candidat à cette  élection ( mais qui ne veut pas du Logo PS) va t'il favoriser  cette  implantation comme il a indirectement aidé , par l'achat avec les deniers des Carpentrassiens, de  l'immeuble de la Mosquée salafiste illégale de l'Avenue Notre Dame de Santé et donné rapidement le permis de construite de la Méga Mosquée Quartier  Quintine?

Pour rappel le Conseil Général du Vaucluse  Socialiste n'a pas hésité à voter des subventions aux abattoirs Hallal de Carpentras et à la culture de la tomate au Maroc ( alors que nos agriculteurs sont à l'agonie) 



 



vendredi 13 février 2015

"Je ne vous trahirai pas" disait Sarlozy dans le Vaucluse

 
 Virer les gens....!!!Quelle arrogance!  Beaucoup ne renouvellent par leur carte, ils n'auront pas s le privilège de se faire virer...Quel dommage!
  On comprend pourquoi  NS chute dans les sondages et n'a plus la côte ....quand on ne s'appuie pas sur les militants et le peuple...ils tournent le dos! Les trahisons de l'Ump ont  commencé en 2007 avec son élection et pourtant le peuple attendait tant de lui.... Il y avait la crise bien sûr correctement gérée mais tant de problèmes sociétaux n'ont pas été réglés. Rappelons nous l'ouverture à gauche qui avait étè le début d'un certain discrédit et provoqué un certain désarroi  au sein des militants et sympathisants de l'UMP

JE NE VOUS TRAHIRAI PAS  avait il dit  à St Didier dans le Vaucluse devant une foule enthousiaste!
De quoi, devant ces lignes indécises et ce  mépris du peuple, les laisser seuls en cas de duel PS/UMP!
s lignes
"""Pour que le chef de la principale formation de l’opposition prenne ainsi sa base à rebrousse-poil, il faut surtout que la source du pouvoir ne soit pas dans le peuple souverain...

Satiriste polémiste
Interrogé dans les colonnes du Figaro, jeudi 12 février, Nicolas Sarkozy a rappelé qu’en tant que président de l’UMP, il ne transigerait jamais et qu’il n’y aurait « pas d’alliance avec le Front national », ajoutant que si des élus enfreignent la consigne à l’occasion des élections départementales du mois de mars prochain, « on virera les gens, c’est tout ! » L’ancien chef de l’État ne fait là que répéter publiquement les menaces qu’il avait adressées aux cadres de l’UMP au lendemain de son accession à la présidence du parti le 13 décembre 2014 : « Je n’accepterai jamais aucun accord avec le FN, ni local, ni régional, ni national. Ceux qui se laisseraient aller à de tels accords, ils devront quitter le parti, ou on les en fera partir. »
Si de telles déclarations étaient compréhensibles dans les années quatre-vingt, à une époque où l’immense majorité des Français pensait sérieusement que Jean-Marie Le Pen menaçait la démocratie, elles ont aujourd’hui quelque chose d’intrigant, pour ne pas dire inquiétant.

C’est intrigant car Nicolas Sarkozy – qui a beaucoup fait campagne dans sa vie – sait pertinemment que son électorat est en partie composé de frontistes qui s’ignorent et que cet électorat est majoritairement favorable à des alliances avec le FN. Il y a un an, jour pour jour, un sondage TNS Sofres indiquait déjà que 40 % des sympathisants UMP souhaitaient de telles alliances. Neuf mois plus tard, début novembre, un autre sondage commandé par le journal Marianne assurait qu’ils étaient 55 % à souhaiter des accords UMP-FN, et les élections dans la quatrième circonscription du Doubs semblent indiquer qu’ils sont encore plus nombreux aujourd’hui.
Comment expliquer, alors, qu’un dirigeant politique qui aspire à la reconquête du pouvoir prenne ainsi le risque de froisser sa base électorale. Qu’y a-t-il dans le programme du FN qui le rende à ce point incompatible avec celui de l’UMP ? Serait-ce son opposition au mariage gay ? A priori, il ne s’agit pas de cela, puisque les anti mariage gay les plus militants ne sont plus au FN mais à l’UMP. Serait-ce parce que le FN écorne parfois le tabou de l’avortement ? Non plus, puisque le FN n’entend plus revenir sur la loi Veil et que Nicolas Sarkozy n’avait pas hésité à prendre Christine Boutin dans son premier gouvernement. Y aurait-il donc des dogmes encore plus sacrés que cela pour le système ? Serait-ce la volonté du FN de sortir de la zone euro, de l’Union européenne et de l’OTAN ? On ne peut pas exclure une telle hypothèse, mais cela serait lourd de signification : cela signifierait que le gaullisme est devenu incompatible avec les valeurs de la République. Serait-ce la volonté du FN de mettre fin à l’immigration de peuplement ? Là encore, cela signifierait que l’UMP trahit sciemment ses électeurs, lesquels sont presque unanimement pour une immigration choisie et très contrôlée.
Peut-être y a-t-il un peu de tout cela, mais pour que le chef de la principale formation de l’opposition prenne ainsi sa base à rebrousse-poil, il faut surtout que la source du pouvoir ne soit pas dans le peuple souverain mais dans une élite économique et médiatique suffisamment puissante pour dicter ses choix aux élus de la nation. Il faut que Nicolas Sarkozy ait plus à perdre en contrariant cette élite qu’en contrariant le peuple. Cela signifierait ni plus ni moins que la République dont ils nous serinent les valeurs ne serait pas une démocratie mais un système oligarchique, voire une sorte d’athéocratie … et tout cela serait fort inquiétant.

lundi 2 février 2015

Vol délibéré des ordinateurs du candidat FN aux elections departementales de Carpentras Hervé de Lépinau


Comme par hasard un ordinateur contenait des fichiers relatifs à l'engagement politique  d'Hervé de Lépinau a disparu... Vol curieusement  ciblé.
 Y a t'il des commanditaires? A qui cela profite?
Plainte a étè déposée...une enquête est en cours.
Pour mémoire son local de campagne lors des municipales 2014 avait subi une tentative d'incendie




d'incendie....

lundi 26 janvier 2015

La responsabilité de nos dirigeants de droite comme de gauche ont permis l"emergence d'une geurre larvée e

L'enfumage dans lequel nos dirigeants politiques va t'il se dissiper grâce au peuple de France qui maintenant descendra dans la rue pour défendre les valeurs de notre République?
Ce texte nous éclaire sur certaines pratiques "illégales" d'une population venue d'ailleurs ..Savoir pour ne pas se faire avoir

"""Lettre ouverte de Sami Aldeeb à Manuel Valls : connaissez-vous l’apartheid islamique ?



Monsieur le Premier ministre,
Ces derniers jours, vous avez tenté de cerner les origines du drame de Charlie Hebdo, afin que cela ne se répète pas dans votre beau pays.
Après que votre président ait disculpé l’islam en déclarant que les «terroristes n’ont rien à voir avec la religion musulmane», vous visez maintenant l’école qui aurait failli à son rôle d’intégration, et l’existence d’un «apartheid territorial, social, ethnique, qui s’est imposé à notre pays».
En tant que suisse d’origine proche-orientale, j’ai réfléchi à la situation en Suisse, petit pays pauvre en ressources naturelles, divisé en 26 cantons jaloux et fiers de leur souveraineté, quatre communautés linguistiques et deux principales communautés religieuses traditionnellement antagonistes (catholiques et protestants). Pourquoi la cohabitation y a-t-elle fonctionné alors qu’au Proche-Orient, et notamment dans mon pays d’origine, la Palestine, les gens s’entre-tuent, et comment empêcher que votre France soit contaminée par le mal proche-oriental et ravagée par une guerre religieuse?
Sans doute, on dira que la prospérité économique suisse a joué un rôle, mais cette prospérité a été précédée par des réformes institutionnelles qui ont évité à la Suisse une guerre entre protestants et catholiques, en permettant l’intégration de ces deux communautés. Aucune prospérité économique ne peut intervenir dans un pays sans une cohabitation harmonieuse entre ses différentes communautés.
À refuser d’apprendre la leçon de l’histoire, on risque de répéter les erreurs du passé. Je vous propose donc un peu d’histoire.
La Suisse, comme d’autres pays européens, a connu ce qu’on appelle le Kulturkampf, traduit généralement en français par «Combat pour la civilisation». Ce qui rappelle étrangement l’expression «Clash of civilizations» rendue célèbre par Samuel P. Huntington.
Ce «Combat pour la civilisation» a débuté par un conflit entre le royaume prussien, et ensuite l’empire allemand sous la houlette de Bismarck d’une part, et d’autre part l’Église catholique sous Pie IX autour de la séparation de l’État et de la religion, conflit provoqué par l’adoption de lois régissant la vie en société dans l’État sans l’approbation préalable de l’Église et des autorités religieuses. C’était une extension du conflit opposant les philosophes des Lumières, qui plaçaient la raison au-dessus de la religion, et l’Église catholique qui plaidait pour la suprématie de la religion sur la raison et la science, affirmant qu’il appartenait à la religion (ou plus précisément aux autorités religieuses) de délimiter les compétences législatives de l’État.
Ce «Combat pour la civilisation» a commencé dans les années 1860, dans la région allemande de Baden, qui avait imposé aux prêtres un examen culturel visant à établir dans quelle mesure ils acceptaient l’État et lui prêtaient allégeance. Celui qui refusait cet examen se voyait interdire l’exercice de la fonction religieuse. En 1864, le Pape Pie IX a établi une liste de 80 erreurs en politique, en culture et en science, où figuraient la liberté d’expression, la liberté religieuse et la séparation entre l’État et la religion. Ensuite est venu le Concile Vatican I (1869-1870) affirmant l’autorité de l’Église, notamment à travers le dogme de l’infaillibilité du pape. Ce geste a été perçu par les libéraux comme une violation de la liberté de pensée et de religion. L’État a appuyé ce courant libéral et les relations entre l’Allemagne et le Vatican ont été rompues en 1872. Bismarck a alors promulgué plusieurs lois visant directement ou indirectement l’Église catholique. Ce fut le fondement de l’État moderne en Europe occidentale.
Le «Combat pour la civilisation» s’est étendu à la Suisse et a failli y provoquer un conflit armé entre les cantons catholiques et protestants. La Suisse a rompu ses relations avec le Vatican en 1873, en raison du dogme de l’infaillibilité du pape, et, une année plus tard, elle a adopté la Constitution de 1874 qui consolidait l’unité nationale et affirmait son indépendance à travers des normes visant à séparer l’État de la religion et à garantir les libertés individuelles. On citera ici les dispositions suivantes:
  • Retrait du registre des personnes des mains de l’Église et son transfert à l’État, qui le baptisa «Registre de l’état civil».
  • Imposition du mariage civil devant l’Office de l’état civil. Dès lors, une cérémonie religieuse ne pouvait intervenir qu’après le mariage civil. On ne parlait plus de mariage religieux, mais seulement de bénédiction religieuse. Un religieux qui donnait sa bénédiction avant le mariage civil était poursuivi, sanctionné pénalement, et son acte restait sans aucun effet juridique. Cela permettait à toute personne, quelle que soit sa religion, d’épouser qui elle voulait devant l’Office de l’état civil, sans se référer aux autorités religieuses.
  • Suppression des tribunaux religieux et attribution exclusive des juridictions à l’État. Il devenait ainsi possible de dissoudre le mariage par le divorce dans des circonstances prévues par la loi civile, et non par l’Église.
  • Garantie de la liberté religieuse, dont la liberté des parents de choisir la religion de leurs enfants et leur éducation religieuse dans les écoles, et ce jusqu’à l’âge de 16 ans. Par la suite, ce droit est transféré à l’enfant lui-même qui a le droit de changer de religion s’il le veut, ou de ne pas suivre d’éducation religieuse.
  • Placement des cimetières entre les mains des autorités civiles. Ainsi, tous les cimetières sont ouverts à tous, quelle que soit leur religion. On a supprimé la séparation entre catholiques et protestants après la mort, et les autorités religieuses n’avaient plus le droit de décider qui serait enterré dans un cimetière. Toute personne avait désormais droit à un enterrement décent, sans discrimination religieuse.
Par ces mesures, les autorités suisses ont mis la main sur toutes les compétences civiles de l’Église de la naissance à la mort. Voilà les normes qui ont assuré la paix confessionnelle en Suisse au XIXe siècle, laquelle a permis la prospérité.
Or, dois-je vous le rappeler, les usages islamiques appliqués par la communauté musulmane, et dont certains sont admis par votre pays, s’opposent aux normes que je viens de citer.  Ce sont ces usages qu’on doit qualifier d’apartheid, ou qui conduisent à l’apartheid social que vous dénoncez. Voyez vous-même:
  • Les musulmans refusent le mariage d’une musulmane avec un non-musulman, alors qu’ils se permettent d’épouser les femmes non musulmanes. Si un chrétien en France veut épouser une musulmane, la communauté musulmane française lui impose la conversion à l’islam. S’il ne s’y plie pas, sa femme musulmane et son mari non musulman risquent de se faire tuer par leur propre famille. Or sans mariages mixtes, aucune intégration sociale n’est possible pour la communauté musulmane. Et ces mariages doivent avoir lieu dans le respect des normes françaises, sans les discriminations spécifiquement musulmanes. Un musulman qui refuse que sa fille épouse un chrétien ne doit pas avoir le droit de séjourner en France, d’y demander l’asile politique ou d’en obtenir la nationalité.
  • Des imams en France célèbrent des mariages religieux à l’insu des autorités françaises, et certains de ces mariages sont polygames, en violation du droit français. Ces imams doivent être sanctionnés, déchus de leur nationalité et expulsés de France.
  • La communauté musulmane en France ne reconnaît toujours pas la liberté de changer de religion. Les apostats, ceux qui quittent l’islam, doivent rester discrets par peur de se faire harceler, voire tuer dans votre propre pays. Aucun imam et aucun musulman ne doit être accepté en France s’il n’admet pas la liberté religieuse, y compris le droit de changer de religion, de quitter l’islam.
  • La communauté musulmane demande la création de cimetières ou de carrés réservés exclusivement aux musulmans, parce que le droit musulman interdit qu’on enterre un musulman à côté d’un mécréant. Votre pays doit interdire la création de cimetières religieux, supprimer ceux qui existent et exiger que les morts soient enterrés les uns à côté des autres sans distinction de religion. Aucun imam et aucun musulman ne doit être accepté en France s’il n’admet pas ce principe d’égalité et de non-discrimination devant la mort.
  • La communauté musulmane place la loi religieuse au-dessus de la loi française. Il suffit d’observer les restrictions vestimentaires que la communauté musulmane impose à ses membres malgré l’interdiction du voile intégral en France. Un de vos ressortissants musulmans va jusqu’à payer les amendes infligées aux femmes qui portent le niqab en violation de la loi française. La France doit être ferme dans ce domaine et renvoyer les imams et les musulmans qui refusent de se plier aux normes françaises dans ce domaine.
  • La communauté musulmane cultive une vision de rejet par rapport aux non-musulmans dans leur propre culte. La prière de la Fatiha, premier chapitre du Coran, que chaque musulman doit répéter 17 fois dans les cinq prières quotidiennes, dit: «Dirige-nous vers le chemin droit. Le chemin de ceux que tu as gratifiés, contre lesquels tu n’es pas en colère et qui ne sont pas égarés. Or, l’écrasante majorité des exégètes affirment, sans réfutation aucune, que ces deux catégories désignent respectivement les juifs et les chrétiens, comme je le démontre à travers l’examen de 88 exégèses anciennes et modernes, dans mon ouvrage intitulé La Fatiha et la culture de la haine. Et ceci est également enseigné aux enfants. Comment voulez-vous que des musulmans répétant 17 fois par jour de telles invocations haineuses à l’égard des non-musulmans puissent s’intégrer dans la société française? En outre, comment voulez-vous que des musulmans puissent s’intégrer parmi des gens que le Coran qualifie de mécréants (kafirs, terme constituant la pire insulte possible en langue arabe) et avec des juifs que le Coran dit transformés en porcs et en singes?
À ces problèmes juridiques et cultuels qui favorisent l’apartheid, j’ajouterai le jeûne du Ramadan, qui empêche toute activité normale et freine tout progrès économique pendant un mois, et affecte la santé des musulmans.
Monsieur le premier ministre, ces normes islamiques doivent être combattues par votre pays afin d’assurer l’intégration de la communauté musulmane en France. Il est de votre devoir d’assurer la suprématie de la loi française sur le territoire de votre pays et de refuser l’octroi de l’asile politique, du permis de séjour et de la nationalité à ceux qui refusent de se plier aux lois françaises. Vous devez exiger des imams qui officient dans votre pays qu’ils prêtent un serment d’allégeance à votre pays, qu’ils se soumettre à ses lois et ne prônent pas les normes islamiques contraires à ces lois. Cela nécessite une profonde remise en question des enseignements islamiques qui contribuent à l’apartheid dans votre pays et menacent la paix religieuse entre les communautés.

Ces imams doivent être formés en France, dans le respect des lois françaises, et non pas importés, avec leurs normes désuètes contraires à vos lois et aux conventions internationales signées par votre pays.

 Veuillez agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de ma haute considération.
Sami Aldeeb, Dr en droit, professeur des universités
Directeur du Centre de droit arabe et musulman: www.sami-aldeeb.com  
Auteur d’une traduction française du Coran par ordre chronologique,
d’une édition arabe du Coran par ordre chronologique et d’autres ouvrages""

samedi 17 janvier 2015

Les malappris de Carpentras dont fait partie le Maire Francis Adolphe



 Mais bien sur que certains élus excluent  sciemment  l'opposition !

 Y compris en se cachant derrière le protocole ..preuve en est,   qu'en l'absence de Marion Marechal Le Pen,  son suppléant Hervé de Lépinau n'est pas autorisé  à déposer une gerbe lors des commémorations. Il  le fait donc après les officiels . Alors que dans d'autres communes "la coutume  républicaine"  n'exclut  pas  ceux qui représentent l'opposition ...un savoir vivre ensemble .

Mais à Carpentras, rien ne se passe comme ailleurs.
 Comme par exemple les électeurs de certaines Cités..Le Pou du Plan, Les Amandiers  qui se découvrent un esprit civique lors des dernières élections municipales en  arrivant en masse aux urnes et disparaissent aux autres  élections ... Une vivier de voix  ayant  fait la différence en Mars 2014. L'intérêt local  de ces voix avec des promesses à la clé primant sur toute autre considération..Une Méga Mosquée parait-il avec école coranique ...sous la protection de Monsieur Le Ministre de l' Intérieur  qui a  fait le déplacement pour apporter son entier soutien....

 Il y a manif et manif...celle  Manif pour tous où l'on donne des chiffres de participation fantaisiste,où l' on gaze" les têtes blanches et les enfants, procède à des arrestations arbitraires  et celle où l'Union Nationale doit se faire mais sans le FN. Comme il y a Presse et Presse...la bonne et la mauvaise, celle où des journalistes sont mis  au pilori pour  avoir profané la  bienpensance de gauche , les Zemour, Tesson, Ménard etc..et celle où des journalistes sont sanctuarisés...Saint Cabu  Saint Charb Saint Wolinski ..si leur talent de dessinateur- caricaturiste  restera,  leurs propos par contre ne feront pas l'unanimité..Charlie Hebdo, comme dit Ruquier,  va en surprendre plus d'un..
PLANTU   a raison quand il écrit "JE SUIS CHARLIE, MAIS.....bien sur vilipendé par LUZ dont la vulgarité est une deuxième peau au nom de la liberté d'expression ..ovationné par des Ministres lors de la cérémonie d'hommage à Charb, Internationale et poings levés à profusion;  dont fut exclu,  la aussi,  sa compagne Jeannette! Mélanchon en a profité pour sortir la faucille et le docteur est tombé dans des larmes shakespearienne ....il attendrait un poste de secrétaire d'Etat....
Pas besoin d''acheter Charlie Hebdo ,  il circule sur la toile et sincèrement  on ne peut rire de tout et je comprends que des citoyens, quelque soit leur réligion,  soient affectés par des dessins de très mauvais gout!
Une feuille de chou à ne pas mettre dans les mains des adolescents.. parfois à la limite du porno! 
 La méga promotion gratuite dans les médias visuelles  commence sérieusement à me  saturer  !
Trop c'est trop!

C'est naturellement que le valeureux Maire de Carpentras  appelle au bien vivre ensemble tout en excluant  une partie de la population  tout en invitant le député Ump Julien Aubert à qui il doit son  trône ou pose avec le past Député Jean Michel Ferrand...son exemple, celui qui lui aurait  donné, parait-il,  goût à la politique et à ses manigances !
 Après on nous dira qu'il n'y a pas de collusion UMP/PS ...L'essentiel pour eux battre le Rassemblement bleu Marine quitte à asseoir le PS

 Ce même Maire, au double langage,   qui lors de ses vœux clame
" Agir ensemble dans l’intérêt du Comtat Venaissin sans que quiconque ne songe à régner sans partage en additionnant nos forces et nos diversités tout en respectant  les sensibilités  et les spécificités de chacun"
Une candidature aux départementales serait-elle en vue?

Encore un article de Boulevard Voltaire dont vous pourrez lire la totalité sur leur site internet

"""Mais cette mesquinerie, cette petitesse, cette « socialisterie » ne sont malheureusement pas réservées aux hiérarques haut perchés. J’en prends pour exemple ce qui s’est passé le même jour à Carpentras. Francis Adolphe, maire socialiste de cette ville qu’il conserva l’an passé avec seulement 305 voix d’avance sur le Front national, convia les responsables politiques et religieux à une minute de silence en la maison commune mais se garda bien d’inviter l’opposition municipale représentant près de 42 % des électeurs. La députée Marion Maréchal-Le Pen, elle aussi, fut ostracisée alors qu’a contrario, le député UMP Julien Aubert fut présent. Le mufle municipal argua qu’il avait envoyé l’invitation sur son compte Twitter (deux heures avant la cérémonie !...... GM "

vendredi 16 janvier 2015

Je ne suis pas Charlie Hebdo , je suis Boulevard Voltaire..chacun peut exprimer sa liberté d'expression à Carpentras , chacun sa voix, chacun sa voie

 Je suis Boulevard Voltaire !

Et qui a supprimé le Sercice Militaire  et qui n'a pas su le transformer en une obligation Civique qui permette l’intégration des populations immigrées?  Jacques Chirac....
 DP


Et si on rétablissait le service militaire ?
Il faut réarmer moralement notre nation. C’est ce que l’on commence (enfin) à entendre, après les attentats islamistes de la semaine dernière.
Colonel à la retraite


Il faut réarmer moralement notre nation. C’est ce que l’on commence (enfin) à entendre, après les attentats islamistes de la semaine dernière, en espérant que ce réarmement, s’il se fait, n’aura aucun état d’âme à passer sur le corps moribond de l’idéologie soixante-huitarde !
On réarme moralement une nation en forgeant sa jeunesse dans un creuset commun que l’Éducation nationale n’a su, pu ou pas voulu être. De toute façon, l’école n’est là, en théorie, que pour apprendre et ce n’est pas suffisant. Le véritable creuset est celui de l’action, du service. Le service fut militaire puis national. Il est aujourd’hui civique mais surtout pas obligatoire. Le Président envisageait en septembre 2014 de le rendre universel.
Or, on ne réarme pas moralement une nation en faisant faire du macramé ou en enseignant les langues exogènes dans les banlieues. C’est pourtant, en gros, ce que proposait François Hollande : « On peut aller dans un hôpital […] dans une maison de retraite, on peut aller s’occuper dans une école. » Activités, certes, nobles et nécessaires pour tisser du lien social, mais l’on peut douter qu’elles puissent forger la cohésion nationale. On peut, d’ailleurs, imaginer que la mise en œuvre sur le terrain d’un tel service risquerait fort d’être laissée aux mains d’associations de proximité à qui on offrirait ainsi une main-d’œuvre gratuite. On peut imaginer, aussi, que chacun jouerait de son petit piston pour que son rejeton puisse justement effectuer ce service à proximité de la maison et, si possible, dans l’association que l’on connaît bien… Un service universel, mais chacun dans son quant-à-soi.
M. Raffarin, interviewé le 13 janvier sur LCP, affirmait qu’il est favorable à l’extension du service civique. Il soulignait, en revanche, que cela aurait un coût et qu’il faudrait fixer des priorités budgétaires. Une évidence ! Mais l’on sait que M. Raffarin excelle en la matière… M. Raffarin exclut, en revanche, l’idée d’un service des armes en arguant de la haute technicité requise par le combat moderne. Il ne devait pas avoir vu les images de nos soldats de l’armée de terre dépêchés dans l’urgence à Paris et transformés en agents de sécurité devant les lieux de culte israélite alors que leur vocation première est de faire la guerre, ce qui n’est pas tout à fait le même métier, on en conviendra.
Le groupe des Trentenaires de l’UMP, quant à lui, ose l’idée du rétablissement d’un service militaire, seul capable de s’imposer comme un véritable creuset national. Seul, en effet, l’apprentissage du service des armes avec ce qu’il exige d’engagement physique, intellectuel, moral, de cohésion, d’abnégation, voire de sacrifice, de primat du groupe sur l’individu, est capable d’éveiller une conscience collective forte. Pour faire court, le patriotisme s’acquiert mieux après une marche, un tir de nuit et un bivouac avec des camarades issus de tous les milieux sociaux qu’en hurlant « La Marseillaise » dans un stade avec ses copains de club !
Ce service militaire pourrait être, du reste, le « vivier » d’une sorte de garde nationale à l’instar de ce qui existe aux États-Unis, troupe de réserve qui intervient régulièrement sur le territoire américain lors des catastrophes naturelles, d’attentats terroristes ou encore à l’occasion de grandes manifestations, pour renforcer la sécurité. Nos réservistes, qui interviennent déjà dans le cadre de Vigipirate, trouveraient ainsi leur rôle renforcé, tant dans la formation des « conscrits » que dans la conduite des opérations intérieures, allégeant ainsi la charge des soldats de métier appelés à servir à l’extérieur.
Les esprits méfiants argueront que l’on offrirait ainsi aux potentiels terroristes une formation à bon compte. On leur répondra qu’ils savent malheureusement trouver ailleurs leurs stages d’aguerrissement et qu’oser le patriotisme a forcément sa part de risque.
Bien sûr, encore une fois et enfin, il y a le coût. Et les milliards déversés depuis des décennies dans toutes ces politiques d’intégration pour, au final, fabriquer de potentiels petits Liban ou Kosovo un peu partout dans notre pays ?

lundi 12 janvier 2015

Carpentras : 11 ans!!! une fillette de 11 ans insulte , gifle son professeur!

Soutien à l'enseignante...le laxisme se retrouve dans toutes les strates de notre société...

11 ans!! Elle gifle, insulte et  retourne a l'école comme si rien ne s'était passé! 

Carpentras Tags : Fait divers Collège Carpentras
D'aucuns jugent bien trop laxiste la sanction dont écope l'élève




C'est au collège François Raspail que se sont déroulés dans une classe de 6e, à la mi-décembre,
 des faits qui ont entraîné un dépôt de plainte de la part d'une enseignante.
Aujourd'hui, une enfant de 11 ans peut insulter et gifler un prof, puis continuer de venir au collège comme si de rien n'était. C'est honteux !.. Alors que la sanction aurait dû être exemplaire, la gamine est juste exclue 8 jours et on va la changer de classe"s'indigne un père d'élève, commentant ainsi une décision du Conseil de discipline du collège François Raspail.
Scandalisée aussi, la fonctionnaire victime de l'agression, qui dénonce : "Cette sentence dérisoire par rapport aux faits prouve bien que le système scolaire dérape. Il n'y a plus d'interdit, plus de cadre... Nous sommes des enseignants, pas des travailleurs sociaux ! Or aujourd'hui, nous semblons condamnés à accepter l'inacceptable."
Motif de cette colère mêlée de désespoir : des événements qui se sont produits le lundi 15 décembre, dans une classe de 6e. La professeur raconte : "Pendant que je faisais mon cours, une élève a brandi un papier où elle me traitait de p... et de s...... Je lui ai ordonné de quitter immédiatement la salle. Alors que je rédigeais le mot d'exclusion sur son carnet de vie scolaire, elle m'a asséné une gifle de toutes ses forces sur la joue gauche. Je ne m'y attendais pas. J'ai reculé et j'étais tellement choquée, que je me suis mise à pleurer. Tous les autres élèves étaient comme pétrifiés.(...) Elle me regardait en souriant d'un air narquois..." LIRE L ARTICLE COMPLET DANS LA PROVENCE