OUVRIR LES YEUX

« En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu, et on persécute ceux qui sonnent le tocsin. » Chamfort

mardi 28 juin 2016

CARPENTRAS COVE : 63 CONSEILLERS COMMUNAUTAIRES DE DROITE COMME DE GAUCHE VOTENT POUR DES CONSULTATIONS PSYCHOLOGIQUES EN ARABE!!!!!!


On voudrait se mettre en retrait et puis.. quand on constate ce genre de décision avec subvention à la clé, on ne peut que partager cet article et le garder  pour mieux s'en rappeler en  2020  afin de convaincre les citoyens  qu'il sera urgent de changer de municipalité!    

          


""Après les « COURS D'ARABE» à l’école primaire, voici les «CONSULTATIONS PSYCHOLOGIQUES» en arabe de la CoVe !
« Santé psychique et interculturalité », tel est l’intitulé de la demande de financement adressée à la CoVe par une association déjà grassement subventionnée par les pouvoirs publics, le collectif Ariane.
Avec la bénédiction du président socialiste Francis Adolphe et de la vice-présidente déléguée à la politique de la ville, Anne-Marie Bardet (maire Les Républicains de Sarrians), les populations issues de l’immigration maghrébine pourront désormais accéder gratuitement à des consultations psychologiques dans leur langue et leur culture d’origine.
Au nom de notre groupe Front National, je me suis opposé à un tel financement arguant du fait qu’il serait plus pertinent et plus utile d’apprendre le français à ces populations, gage nécessaire de leur bonne intégration et donc de leur assimilation à notre communauté nationale.
En proposant des services dans une langue étrangère, notre collectivité trahit sa vocation et fragilise l’indivisibilité de notre République. De telles dispositions sont le plus souvent contre-productives car elles ne font que renforcer l’enfermement des populations immigrées dans leur culture d’origine, creusant ainsi le fossé du communautarisme.
En dehors de l’opposition de vos élus FN, seuls 4 élus supplémentaires se sont abstenus. La grande majorité des 63 conseillers communautaires de gauche comme de droite a voté favorablement aux 3000 euros que coutera ce dispositif.
Au pied du Ventoux, le communautarisme a encore de beaux jours devant lui…
Julien Langard
Conseiller communautaire Front National
Communauté d’agglomération Ventoux - Comtat Venaissin""

lundi 20 juin 2016

Quand un professeur de Fac, Maire de Monteux, socialiste pratique la désinformation, c'est quoi? De l'intox, de la manipulation, de la mauvaise foi ?

APPEL DU 18 JUIN : CHRISTIAN GROS, AVANT DE FAIRE LA MORALE, SOUVENEZ-VOUS...



L'ordre de la Libération
L'ordre de la Libération

Christian Gros a écrit sur la page facebook de Isabelle Vinstock le 18 mai à 15h54. Il publie un commentaire et accuse le député Marion Maréchal Le Pen et le conseiller départemental Rémi Rayé de faire de la "provocation" en déposant une gerbe à la date anniversaire de l'appel du 18 juin. Voici ce qu'il écrit :
"que Marion Le Pen et Rémy Rayé conseiller départemental FN, viennent déposer une gerbe à la cérémonie de commémoration de l'Appel du 18 juin, cela relève de la provocation pure et dure quand on sait que le FN a toujours soutenu les idées de Vichy, c'est-à-dire celles de ces collabos qui ont fait fusiller des milliers et des milliers de résistants.
Souvenons-nous
 !"
Justement, souvenez-vous, Christian Gros que les deux seuls députés du Vaucluse qui, le 10 juillet 1940, ont voté les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain, alors président du Conseil, étaient...de votre parti ! Et l'ordre des compagnons de la Libération ne connait en Vaucluse qu'un seul député qui était...de celui de Rémi Rayé ! Il ne s'agit pas ici de faire de la politique mais de rétablir les faits.
Souvenez-vous, Christian Gros, des gouvernements que vous connaissez bien qui votèrent pendant des années la réduction des budgets de la défense qui précéda la défaite de juin 1940.
Souvenez-vous que Rémi Rayé, à qui vous déniez le droit de poser une gerbe était officier français, et qu'il y a peu, pour aller servir sa patrie, il dit un jour au revoir à sa jeune épouse et à ses jeunes enfants en n'étant pas certain de revenir sain et sauf d'opération.
Plus généralement, remettre en cause la valeur travail, ne plus croire ni au mariage ni à la famille, ni même à l'avenir de la Patrie ne saurait autoriser à traiter ses adversaires de "Nazis".
En démocratie, la politique ne gagne rien à faire la morale avec arrogance, au mépris de la réalité des faits.
Souvenez-vous !

jeudi 9 juin 2016

Contre le Parc..je suivrai les parco-sceptiques de tous bords ! Affaire à suivre

Un article qui me convient..avec des faits mis en évidence 
la gauche défendant toujours son pré carré, défendant surtout un fromage...Alain Gabert se voyant Président du Parc comme  le fut son ami Jean Louis Joseph ..le parc du Luberon est resté à gauche bien sur!!

Entonnée que des communes comme Venasque ou Mazan aient voté POUR!!
Le Parc Régional du Queyras  dans les Alpes du Sud ne comporte que 10 communes
...le PNRV en compterait 39!!!!!....Pour moi une incohérence!
. Si le Parc doit se faire cela doit être fait  surtout avec les communes jouxtant le Ventoux  avec des missions bien précises( comme dans le Queyras)------à priori toutes ces communes sont  contre sauf Bédoin qui se voit porte du Parc avec Maison du Parc etc...
 Connu mondialement par  le tour de France ,Réserve de Biosphère et  nombreux organismes  Comme l'ONF, syndicat forestier, ski club  même le groupement de chasseurs  etc  protègent déjà bien le Ventoux!!
 Le Ventoux se suffit à lui même, les amoureux du Ventoux le savent bien!



""EDITO : Et au milieu, trône le Ventoux
Le 8 juin était la date limite fixée par la Région pour la consultation sur l'avenir du PNR. Elle restera comme un succès de participation, qui va permettre de prendre une décision de manière objective pour le territoire. Je suis fier que le Président Estrosi ait respecté sa promesse de campagne : nous tenons nos engagements, et contrairement à certains, nous avons été très clairs sur le processus engagé.
Ceux qui ont tiré à boulets rouges sur le calendrier (trop court) ou le fait d'être classé dans les "contre" en cas de non-délibération en seront pour leurs frais ; la quasi-totalité des communes se sont prononcées et les élus locaux ont pu voter, débattre, et s'exprimer librement (même si dans certaines communes au Maire pro-parc, les parcosceptiques étaient curieusement persona non grata). Très peu de communes seront restées muettes et le grand épouvantail brandi par les ultra-parquistes (c'est un déni de démocratie : qui ne dit mot ne consent pas !) a fait pshiiit. D'ailleurs, à titre personnel, je conseillerai à la Région d'inclure l'avis de Carpentras et de Vaison, qui délibèreront le 14 juin.
Il faut donc se féliciter de la tenue de cette consultation. Même si je ne dispose que de résultats très partiels, contrairement au SMAEMV, c'est une formidable avancée par rapport à l'ancienne dynamique où on avançait en faisant mine d'ignorer les parcosceptiques avec un résultat écrit d'avance.
Bien sûr, les quelques mandarins dérangés dans leur sommeil par ce vote massif ont profité de cette campagne pour dérouler toutes sortes d'arguments totalement fantaisistes, mais c'était un risque à prendre.
J'ai ainsi entendu dire que sans parc, l'Union Européenne couperait les vivres. Mais comment font dans ce cas là les millions de Français qui ne vivent pas dans un Parc Naturel Régional ? Leur attitude me fait penser à ces clercs du Moyen-Age qui terrorisaient le peuple en le menaçant des flammes de l'Enfer...
J'ai aussi vu certains tenter d'expliquer qu'être contre le Parc, c'était vouloir la perte de ce territoire, le chomage, le déclin. La quinzaine de communes qui a voté contre appréciera, de même que tous les conseillers municipaux qui ont voté contre !
A bout d'arguments, et voyant le nombre de contre enfler, ces mêmes mandarins ont ensuite tourné leur rage sur moi, "l'empêcheur de parquer en rond", voulant personnaliser à outrance l'enjeu. Il faut bien un bouc-émissaire, un grand méchant à haïr. Qui veut noyer son chien l'accuse de la Rage, quitte à ce que ce soit par des procédés douteux comme un article anonyme dans le Canard Enchainé. Je ne suis pas rentré dans ces débats stériles : mes détracteurs me prêtent un pouvoir que je n'ai pas - en oubliant au passage que je ne vote pas, que je ne controle aucun conseil municipal (contrairement à eux) et que je n'ai fait que défendre mes idées.
Ils ont aussi tenté d'expliquer que le débat sur le Parc serait politicien, la Droite cherchant à nuire à la Gauche. Comment expliquer dans ce cas que ce fameux PNR, tant bénéfique, soit resté dans les cartons pendant les 17 ans de mandat de Michel Vauzelle, alors que le Département était de la même couleur politique ? Pourquoi à Mazan, l'Opposition de Droite a voté "pour", comme la majorité de Droite de Venasque, alors que des villages classés à Gauche comme Methamis ou Brantes ont voté "contre" ? Mystère.
Au passage, si ces élus si "apolitiques" voulaient donner l'exemple, ils n'avaient qu'à, durant toutes ces années, ouvrir le bureau du SMAEMV à un maire de Droite. Sur neuf places, il devait quand même y avoir au moins une assiette en bout de table, on ne demandait pas grand chose...
Il y a, sur ce territoire, une poignée de mandarins à qui je fais visiblement de la peine. Ils refusent qu'on vienne perturber leurs petits arrangements, leur petit royaume, leur petit fief. Ceux-là auraient voulu que la consultation échoue, qu'elle soit suspendue, ou encore que ce soit un plébiscite massif pour leur projet.
Manque de clairvoyance de leur part, la consultation s'achève avec des résultats qu'il reste à analyser mais qui sont éloquents : une quinzaine de communes contre sur 39, c'est bien la preuve que le projet de PNR est loin d'être consensuel. Notre territoire est fracturé en deux sur la question. Et lorsqu'on s'aperçoit que le non est ultra-majoritaire sur le Mont Ventoux lui-même, il y a de quoi s'interroger sur la mise en place d'un label désignant une montagne qui serait géographiquement ...en dehors...
Ce que les ultra-parquistes n'ont pas su ou voulu expliquer, c'est qu'un PNR se décide commune par commune. Ce n'est pas un référendum dans la mesure où les 60% de Pour ne peuvent pas contraindre les 40% de contre. Le Parc ne peut se faire que dans les limites des communes qui l'ont accepté... Et pour le moment, seul Bedoin sur le Mont-Ventoux accepte d'y figurer. Attendons les résultats finaux et l'analyse qu'en feront les services de la Région.""

mardi 7 juin 2016

Les deux faces des socialos-coco vert de Carpentras mises à jour !D'un côté beaux discours mobilisateurs pour la création du Parc du Ventoux, de l'autre betonnage à des fins commerciales

Chez les élus  socialo-coco-vert de Carpentras, on n'est pas à une contradiction près!
De beaux discours mobilisateurs pour la création du Parc Régional  du Ventoux  , 
de l'autre,  bétonnage, enlaidissement de la Zone du Castellase à des fins commerciales....
.Je ne dirai qu'une chose,  la droite dite traditionnelle a favorisé l’élection de Francis Adolphe...alors...maintenant les critiques de Julien Aubert and Co qui fusent contre Francis Adolphe me font doucement rigoler..
Quant à l'opposition municipale de cette droite là, avec Antoine Laval...silence radio!! Qui ne dit mot consent!! 
Francis Adolphe impose ses choix, sa politique!
ils l'ont voulu,  ils l'ont eu!! Qu'ils assument!
 Les habitants avoisinants jugeront.....on doit s'habituer à tout..aux risques d'attentats comme à l'enlaidissement de notre environnement, à la perte d'identité provençale  comme à la montée du communautarisme!  
  A voté!! 


"lu sur le site FN  de Carpentras 
"La ferme du Castellas n’est plus. Cette bâtisse typiquement provençale du XIXème ainsi que des arbres centenaires situés en sortie de Carpentras, route de Mazan, n’ont pas résisté aux bulldozers de la spéculation immobilière
Un projet de centre commercial va voir le jour avec la complicité active de l’équipe municipale socialo-écolo-communiste qui n’en est plus à une contradiction près. La gauche carpentrassienne complice de la malbouffe mondialisée et de la destruction des paysages séculaires : on aura tout vu ! Après des années de polémique et de rebondissements administratifs, l’enseigne MCDonald’s, spécialisée dans l’obésité et l’évasion fiscale, va venir définitivement dénaturer ce paysage considéré par les porteurs du Parc Naturel Régional comme la porte sud du Ventoux. De facto, Carpentras n’a plus rien à faire dans ce projet. Une zone commerciale et des logements sociaux viendront parachever cette entreprise de destruction massive de l’environnement et des commerces de proximité. Francis Adolphe a échoué dans son projet funeste des Croisières. Il se rattrape au Castellas.
Le maire de Carpentras, n’a pas écouté les suppliques des riverains, préférant céder aux sirènes du bétonnage commercial, pourvoyeur d’emplois précaires et de petits salaires.
Les élus Carpentras Bleu Marine de Carpentras et les conseillers départementaux Front National du canton  dénoncent également la part de responsabilité de l’exécutif du Conseil départemental de Vaucluse dans ce projet destructeur. Le Département devra aménager les équipements routiers de la zone et a donné les garanties d’emprunt pour les logements sociaux qui vont s’y construire.""

mercredi 11 mai 2016

JULIEN AUBERT UN HOMME DE POUVOIR "S" et l'art de prendre les gens pour des 'totis"..cela doit s' apprendre à l'ENA

JULIEN AUBERT UN HOMME DE POUVOIR "S"
Faute d’être un homme de pouvoir (à Dieu ne plaise !), Julien Aubert, député de la 5ecirconscription de Vaucluse, vice-président au Conseil régional de PACA, ancien conseiller municipal de Carpentras, est incontestablement un homme de pouvoirS.
Pouvoir  – certes assez restreint – de faire prendre, à qui veut bien l’entendre, des vessies pour des lanternes. On connaît la fable que propage M. Aubert depuis bientôt 4 ans à travers le Comtat : Marion Maréchal-Le Pen aurait gagné en 2012 dans la 3e circonscription, grâce à une entente avec les socialistes (on n’a pas encore eu droit au complot des Templiers !) quand, de son côté dans la 5e, il n’aurait jamais négocié le retrait de la candidate Bleu Marine… On ne parlera pas de l’improbable et contre-façonné Rassemblement Bleu Lavande, les temps n’étant pas à la galéjade.
Pouvoir de faire gagner la gauche socialo-écolo-communiste à Carpentras en 2014 par un maintien assez pathétique. Maintien qui lui permit donc d’entrer au Conseil municipal de Carpentras avec M. Laval à qui il donnait régulièrement pouvoir de voter à sa place, ayant sans doute mieux à faire ailleurs. Et finalement pour démissionner en décembre 2015, une fois élu au Conseil régional. Les électeurs qui lui restèrent fidèles jusqu’au bout, de toute bonne foi, apprécieront. Tout ça pour ça !
Pouvoir, enfin, le dernier en date, donné le 8 avril lors de l’assemblée plénière du Conseil régional, car là encore, tout comme à Carpentras, M. Aubert avait encore sans doute mieux à faire ailleurs, ce qui n’est pas contestable.
Lors de cette plénière, conformément à la législation, le groupe Front National a proposé que soit adressé un vœu au gouvernement appelant à prononcer la dissolution de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), organisation particulièrement puissante dans notre région et dont on connait les liens avec les Frères Musulmans, organisation reconnue comme terroriste. Cette proposition, à la demande de M. Estrosi, a été rejetée par l’ensemble des élus de la majorité régionale (LR-UDI-Modem). Le Front National a donc informé par voie de tract de cette prise de position afin que les choses soient bien claires pour tout le monde dans la région et en particulier dans notre département.
M. Aubert s’en est offusqué sur les réseaux sociaux et a déclaré : « Je ne comprends pas ce qui autorise le FN à utiliser mon nom dans cette affaire, qui ne me concerne pas». M. Aubert affirme qu’il a donné pouvoir à sa voisine, ayant dû quitter la séance. Une affaire qui ne le concerne pas ! Donner pouvoir, c’est faire un minimum confiance à la personne à qui l’on confie son vote, c’est assumer la responsabilité du vote pris en son nom propre, d’autant plus lorsque que l’on appartient au même groupe politique.
Non concerné à Carpentras, non concerné à Marseille : décidément, une constante chez cet homme de pouvoirs.
Georges Michel, secrétaire départemental adjoint du Front National de Vaucluse"""

mardi 29 mars 2016

Une question qui restera sans réponse tant le Maire socialiste de Carpentras a l'art d'éluder les questions dérangeantes!!

Carton rouge pour Francis Adolphe ,, dans Valeurs Actuelles faisant état de sa condamnation  pour violences conjugales sur son ex compagne  .

 Ainsi cet élu donne une mauvaise image de Carpentras mais cela n'a pas l'air de l'offusquer, pas plus François Hollande qui pose avec lui lors du déplacement de la Confrérie de la Fraise de Carpentras à l'Elysée. 
Moi Président, j'ai le droit de répudier ma compagne manu militari  pour en prendre une plus jeunel 
, Moi,  Maire de Carpentras, je suis condamné pour violences conjugales,  mais qu'importe!!

À gauche, on est toujours plus indulgent avec soi-même qu’avec les autres.

 La France va t'elle devenir un pays ou la femme peut être bafouée,  répudiée,  battue, violée, excisée, mariée de force comme si de rien n'était? Un pays où la polygamie peut devenir un droit?  
 A croire que communément des hommes ayant des compagnes d'origine maghrébine se donnent le droit  de ce qu'il est naturel de faire dans ces pays, y compris la lapidation pour adultère! Est ce que tout cela  va  t'il rentrer dans les mœurs? 

Dans les années 70,  LA GAUCHE INTELLECTUELLE pétitionnait en faveur du droit à des relations sexuelles avec des enfants, cela  illustré par un dessin ignoble.  
 Rappelez vous l'icône de la gauche Daniel Cohn Bendit quand il trouvait fantastique de se livrer  à des jeux érotiques avec une fillette . 
Par ailleurs  il n'a pas été demandé la démission de Najat Belkacem, ministre de de l'Education ayant du reconnaître qu'un enseignant de l'Education Nationale  a été  mis en examen pour agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans!
Décidément,  en France,  tout est à géométrie variable ! 
Que n'aurions nous entendu de la part de la gauche si le Maire de Carpentras avait été de droite UMP ou de droite Bleu Marine!!

"""Hervé de Lépinau
Conseiller municipal
Conseiller départemental
                                                                                             Mr le maire de de Carpentras
                                        Carpentras, le 25 mars 2016
Objet : Conseil municipal du 29/4/2016 – Questions diverses

Monsieur le maire,
Je vous saurais gré de bien vouloir apporter une réponse à la question suivante :

Un éminent soutien (et pas des moindres) lors de la campagne des municipales de 2014, Manuel Valls, alors ministre de l’intérieur et aujourd’hui 1er ministre, a conseillé récemment à un homme d’Eglise, cardinal de son état, de « prendre ses responsabilités » (c’est-à-dire de démissionner de ses fonctions) à la suite d’accusations de non dénonciation de délits qui auraient été commis il y plus de 20 ans.

Ce prélat n’a pourtant pas été encore entendu par la police, ni mis en examen et, par construction, encore moins condamné.


Au terme d’une procédure judiciaire classique (garde à vue, enquête préliminaire, citation à comparaitre), vous avez été déclaré coupable de violences volontaires par le tribunal correctionnel de Nîmes le 16 mars dernier et condamné à 2 mois de prison avec sursis et 1500€ d’amende.
Vous avez interjeté appel de cette décision, ce qui est votre droit le plus strict.

Le Parquet, dans ses réquisitions, avait demandé une obligation de soins, au motif qu’il lui semblait important que vous appreniez à gérer votre colère. J’observe que cette colère est présente dans votre sphère publique, à en croire les accusations de violences portées contre vous par votre ancien 1er adjoint et autres colistiers du précédent mandat (j’en moi-même fait les frais puisque vous m’aviez publiquement menacé pendant la campagne des départementales sur le marché de la ville).

Aussi, et au regard de la discipline que le 1er ministre souhaite voir appliquée par les personnes publique mises en cause pour des faits délictueux, entendez-vous démissionner de vos mandats publics afin
de vous consacrer pleinement à l’organisation de votre défense ?

Cordialement

Hervé de Lépinau""

samedi 19 mars 2016

Un important travail d'enquête depuis 2014 . Trois heures d'audience pour juger le Maire de Carpentras

On ne peut pas dire que cette affaire ait été bâclée: Un important travail d’enquête depuis 2014, trois heures d'audience! 

Et pourtant  le Maire Francis Adolphe considère que la condamnation est infondée donc par synonyme  injustifiée, abusive, illégitime aussi? Il la dénonce fermement et pense que le mensonge l'a emporté. Remettrait il en cause le travail des enquêteurs? Mettrait-il  en cause la justice de son pays?  C'est grave pour un élu  de la République!! 

Le jugement en appel apportera t'il d'autres réponses? Pourquoi dans la presse la victime n'est pas interviewée  ainsi que son avocat? Seuls les  propos des avocats et  de Mr Adolphe sont repris. N'y a t'il pas un parti pris évident? 

N(

"""Condamnation pour violences volontaires du maire socialiste de Carpentras

On ne sait pas si Manuel Valls, qui était venu aider son ami en difficulté lors des municipales, va lui adresser un message de sympathie.  

Francis Adolphe, maire socialiste de Carpentras (Vaucluse), a été déclaré coupable de violences volontaires sur son ex-compagne, mercredi 16 mars, par le tribunal correctionnel de Nîmes. Il a été condamné à deux mois de prison avec sursis et 1.500 euros d’amende, sans parler du versement d’une provision pour les intérêts civils et les frais de justice. 
On ne sait pas si Manuel Valls, qui était venu aider son ami en difficulté lors des élections municipales de 2014, va lui adresser un message de sympathie ou, mieux encore, une injonction dans laquelle il lui demandera de prendre ses responsabilités, comme il l’a fait pour Mgr Barbarin qui, lui, pour l’instant, n’a pas été mis en examen et encore moins condamné. La République, qui désormais dit à un évêque ce qu’il doit faire, peut, pour le moins, en faire autant pour un élu de ladite République…
Cette condamnation d’un élu, premier magistrat de sa ville, officier d’état civil et officier de police judiciaire, responsable de la concorde dans la cité, pose la question délicate des limites entre vie privée et vie publique. ""
=======